Spécial web Maroc : Covid19 accélérateur ou démotivateur du web?

13 avril 2020
Spécial web Maroc : Covid19 accélérateur ou démotivateur du web?

Le trafic en ligne au Maroc depuis le confinement

Commençons avec des statistiques. Voici des chiffres par secteur et selon des mesures d’audience en ligne. Chiffres venant de selon l’ONMT.

D’un côté :

  • Une décroissance de 68% sur le secteur du tourisme
  • Une décroissance de 67% dans le secteur des divertissements
  • Une décroissance de 33 à 37% pour les secteurs de la bijouterie
  • Des baisses également dans le sport, les cosmétiques et dans les meubles de maison.

Mais aucune surprise de ce côté. Ces décroissances étaient à prévoir au vu des dispositions de fermetures des aéroports et de la procédure de confinement.

De l’autre côté :

  • Une croissance de 219% dans les fréquentations en ligne des sites de supermarchés
  • 71% d’augmentation de lecture de média en ligne
  • Et 23% d’amélioration pour le secteur bancaire qui avouons-le nous a fait beaucoup d’efforts au niveau du digital.

Des chiffres incroyables pourtant il ne s’agit ici que du taux de trafic en ligne. La même source a également montré les taux de transactions via les sites e-commerces durant cette période.

Les transactions e-commerce durant la période de confinement au Maroc

Ce sont les supermarchés encore une fois qui mènent la danse avec un chiffre 50% supérieur à la période précédente. Tandis que sans surprise, le tourisme connaît une diminution extravagante de 90%. Et la vente en ligne de produits technologiques a augmenté de 65%. Mais ce qui est intéressant à voir c’est que malgré que l’audience web dans le secteur cosmétique ait chuté, la consommation s’est accrue. Pour certains domaines donc, les gens commencent à consommer plus qu’en temps normal.

Quelle tendance observe-t-on?

  • Pour les entreprises : le secteur du tourisme ne peut se relever qu’après le confinement et doit proposer des solutions à ses futurs clients et à ses clients actuels, certaines activités peuvent se reconvertir pour l’e-commerce ou se dissoudre en attendant la fin du confinement.
  • Pour les consommateurs : Une audience plus élevée prête à consommer ce qui est disponible. Car ils ont besoin de plus d’éléments pour rendre le confinement plus agréable. Ne serait-ce que pour faciliter le télétravail, pour s’occuper durant les heures creuses, etc.

Voilà un tel contraste qui se doit d’être résolu : l’audience est toujours en demande mais ne peut que se tourner que sur les solutions web tandis que les entreprises physiques ont besoin de clients mais soit hésitent à investir dans le online soit ne le peuvent pas.

Confinement au Maroc, opportunité ou risque ?

Le télétravail, le téléenseignement, le large temps passé à la maison : tous des points positifs pour attirer et vendre plus. Plusieurs entreprises à ce jour se sont reconverties d’elles-mêmes ou par la force afin de s’adapter à la demande. Par contre, pour celles qui n’ont pas pu s’adapter, il faudrait soit attendre la fin du confinement soit créer une autre activité compensatrice pour s’en sortir indemne.

Car pour rappel, depuis le mois de mars dernier, seuls les services les plus indispensables et les livraisons à domicile peuvent encore opérer. Sans oublier que, selon un rapport temporaire venant de la Banque Mondiale, près de 10 millions de Marocains risqueraient de tomber dans la pauvreté, notamment suite aux fermetures des entreprises locales en cette période. L’heure est donc cruciale pour transformer cette situation soit en opportunité soit y laisser sa peau.

Ainsi, pour contrer la tendance et se relever, chaque géant du web a du innover et faire preuve de créativité, au mieux qu’il peut, voici donc notre tour d’horizon pour suivre la communication de certains géants :

Avito.ma

C’est chaque semaine depuis le début du confinement général que le CEO d’Avito.ma, Ghassouli Zakaria s’est exprimé. Des débuts assez faibles et pessimistes, c’était d’abord pour retirer les masques et gels hydroalcooliques de tout le marché Avito.ma. Une bonne décision pour protéger le public et aussi pour garder son intégrité. Puis progressivement, il y a parlé d’une sensibilisation face au télétravail avant d’attaquer les choses sérieuses reliées au site. Son dernier discours à ce jour concerne les garagistes automobiles et les Agents immobiliers.

« Nous suivons de près la situation du COVID-19 et comprenons son impact sur leurs entreprises. » a-t-il annoncé avant de lancer de nouvelles offres afin de les soutenir. Au programme : de la gratuité d’abonnement et de certaines prestations ainsi que la prolongation des durées de publications des annonces.

Mais malgré ces annonces sur le web, quels bénéfices les commerçants en ligne sur avito gagneront-ils vraiment ? Il s’agit des deux boutiques en majorité du site : les garagistes et les agences immobilières entre autres ? Bien que des promotions, des offres et des promesses soient un bon geste, nous attendons de voir la suite réelle et pratique pour vite faire fonctionner le site, surtout que le nombre d’annonces baisse chaque jour et du coup même les fréquentations suivront en baisse. Ils feront à leur tour baisser les rentrées de la publicité qui restent les seuls vecteurs de gain pour cette plateforme. Nous espérons qu’Avito réagira et adoptera une nouvelle stratégie digitale avec plus d’impacts.

Mubawab.ma

Il y a encore un mois, la publication du CEO et Founder de Mubawab.ma sur linkedin concernait la journée de la femme. Qui aurait cru en ce temps que le covid19 allait bouleverser tout le cours du travail en un éclair ? Il fallait réagir vite et les discours sont tout de suite tournés vers le télétravail. Et cela accompagnés de #covid19, #stayhome. Jusqu’au jour où une publication au-dessous d’un lien vers une interview avec le DG de la société nous révèle plus sur les prochaines actions de Mubawab.ma. Un certain Nordine Cherif Skalli a osé poser la question que tout le monde voudrait savoir « Que fait Mubawab pour les professionnels confinés ? ». On a alors plus d’idées sur les actions à venir, similaires à celles d’avito.ma : de la gratuité, des offres spéciales etc mais rien de concret. Et depuis ce jour, pas encore plus de détails.

Comment est-ce que les annonces vont être consommées ? Même si une personne voudrait visiter pour acheter ce sera impossible, confinement oblige. Et côté location de courte durée, d’habitude réservée aux touristes, le site fait face à un mur car le tourisme est mis en pause pour l’instant. Alors peut-être Mubawab pourra garder sa 1ère place dans l’immobilier au Maroc côté référencement naturel mais cette place est mise en danger dans tous les autres plans.

Encore une fois donc , nous attendons de voir la suite pour relever Mubawab et tous ses partenaires derrière lui malgré la situation actuelle.

Bras de fer entre Jumia food et Glovo

Nos félicitations à ces deux géants qui ont tout œuvré pour servir le marché « online ». Partenariat avec Carrefour d’un côté, avec Marjane pour l’autre (notons que les deux hypermarchés ont un grand retard en matière du digital, pas de drive pour les deux et ils se contentent de poster les flyer sur les réseaux sociaux) : à la conquête d’une demande croissante jour après jour autant que ce confinement se prolongera. Leur secret ? C’était la préparation. Qui aurait prédit une pandémie pareille ? Personne, certes, mais Jumia food et Glovo étaient prêts et investis. Leur plateforme de vente en ligne marchait déjà bien pendant les temps « normaux » mais n’ont jamais été aussi mieux que maintenant. Leur secret ? Une équipe spécialisée, un site internet avec des développeurs performant (+ une application mobileperformante), une logistique en constante optimisation…

La vente en ligne est depuis devenue un gros gâteau partagé par ces deux géants. La vraie magie se trouve dans leur capacité à s’adapter à toute la situation. Il nous montre que le digital continue à monter en puissance et deviendra de plus en plus indispensable, plus encore les comportements des consommateurs marocains ont changé et se sont appropriés la technologie même après le confinement.

Decathlon Maroc

Ayant décidé de fermer tous les magasins depuis le 15 Mars, le géant de la distribution d’articles de sport commence petit à petit à intégrer le confinement dans son plan de communication au Maroc. Le dernier grand news c’est son plan de lutter contre la propagation du Covid19 en mettant à disposition du gouvernement (si validé), l’Easy breath. Solution qui a bien fait ses preuves en Italie. Mais en parallèle, le hashtag #trini_fdar avec ses 19 raisons de pratiquer le sport à la maison est aussi apparu au Maroc.

En bref, sur facebook, linkedin et instagram on ne voit que des conseils, des Q&A, une sélection de produits pour de la vente en ligne, un passage par le chat pour confirmer la disponibilité des articles... des méthodes un peu tirées par les cheveux. 

Mais après tout, même si ce modèle d'e-commerce est un peu timide, nous félicitons leurs initiatives. On doit avouer qu’il n’est pas facile de savoir comment communiquer durant ce temps tout en respectant les conditions imposées par le gouvernement. Mais voilà ce qu’on attend de la part de Decathlon Maroc : une action concrète pour ses fans et pour lui-même.

Les écoles et instituts privés au Maroc

Les écoles étaient-elles prêtes pour la digitalisation ? Selon les témoignages récoltés auprès des étudiants : la plupart donnerait une réponse négative à cette question. En effet, les institutions au Maroc n’ont pas investi sur le digital créant ainsi une catastrophe lors de l’apparition de la pandémie.

Téléenseignement signifierait suivre des cours via whatsap, envoyer des documents par emails ou par facebook, des lives sur Instagram : des solutions DIY qui ne sont pas en faveur des apprenants. Ne négligeons pas certes, ces universités qui utilisaient leur plateforme web depuis longtemps pour partager les cours, notamment quelques-unes. Pour eux, la venue du Coronavirus ne les a pas pris au dépourvu. Qu’en apprend-on ? Le digitalisation sauve et sera de plus en plus utile dans les années à venir. Mais la préparation garantit le résultat. C’est justement là où les écoles au Maroc ont failli.

Conclusion

Qu’est-ce-que ce coronavirus a démontré? Un manque de proactivité de la part de la plupart des entreprises au Maroc. Car nous ne dirons jamais assez, la transformation digitale viendra tôt ou tard en s’adaptant ou en s’imposant. Que tout le monde retienne sa leçon alors : il ne faut pas attendre la catastrophe pour réagir mais se préparer. Le digital est toujours un compagnon idéal pour toute situation.

En attendant, notre agence web reste ouverte pour tout conseil et toute assistance pour le bien-être de toutes les sociétés.

Contactez-nous au +212 (0) 528 84 01 64 ou via le formulaire de contact pour discuter de vos projets autour d’un café.